Catégorie

Archive pour la catégorie « 2.03 Diptères »

Diptère : Thaumatomyia notata

INSECTES VOYAGES PAYSAGES

Mini-mouche : Thaumatomyia notata

J’ai eu beaucoup de chance de la fixer sur l’image, cette « mini-mouche » ne mesure que 2 à 3mm. Je n’arrivais pas à identifier ce diptère et grâce à Anna, j’ai découvert son nom, puis j’ai trouvé cette citation ci-dessous qui décrit ce si petit insecte. Ce article quitte le répertoire des « photos mystères » pour entrer dans celui des « diptères » sous le nom de : Thaumatomyia notata

simg0331.jpg

« Cette jolie petite mouche sans poils, Thaumatomyia notata , Chloropidae, a 2 ou 3 générations par an et elle hiverne comme adulte. La larve vit au niveau des racines où elle est prédatrice des pucerons qui s’y trouvent. L’adulte se nourrit de nectar, aussi bien que de diverses sécrétions, comme celles des larves de Chrysomelidae . Ce qui explique cela ! Il y a en automne, régulièrement (tous les 11 ans en moyenne), des explosions de leur population qui se traduisent par un envahissement des habitations (et qui sont remarquées pour cette raison) pour rechercher un lieu d’hivernage. On a compté jusqu’à 18 millions de mouches dans une seule pièce ! Ce cycle serait calé sur le cycle solaire, celui-ci ayant un impact sur la circulation des masses d’air. Ces années sont ainsi celles d’été chauds et secs, où il y a également des populations de pucerons nombreuses… Les pluies automnales permettent la synchronisation de l’émergence de la dernière génération, la sécheresse ayant retardé celle-ci. En effet les pupes des Chloropidae doivent être mouillées par la pluie pour qu’il y ait émergence. Cependant, cet envahissement des habitations est un piège, car la t° trop élevée ne leur permet pas une survie à court terme. Par contre, à l’extérieur, dans des fissures d’écorces ou autres abris elles peuvent supporter des t° très basses (- 30°C) ».

Philippe Brunod

boutonaccueil.gif



Le Syrphe (Syrphidae)

syrphe2.jpgle syrphe.jpg

 

INSECTES VOYAGES PAYSAGES

Le Syrphe

Son apparence prête à confusion, ce n’est pas une guêpe, c’est une mouche (diptère) que voilà !

epistropheeligansf1.jpgsyrphe.jpgleucozonalaternariafemelle.jpg

Il y en a 300 espèces différentes, qui utilisent naturellement les même couleurs que de certains hyménoptères (les abeilles/guêpes/frelons etc) ce qui les protège des prédateurs, mais elle ne pique pas ! emoticone Cette mouche se nourrit du nectar des fleurs et est très utile parce qu’elle participe à la pollinisation de nos espaces florales et naturelles (arbres etc). De plus, les larves se nourrissent de pucerons (elles sont aphidiphages comme les coccinelles) C’est donc un excellent auxiliaire de culture. La ponte s’effectue donc à proximité d’une colonie de pucerons. Elles ont un développement d’environ 10 jours et peuvent ainsi dévorer de 400 à 700 individus. Le syrphe est gros comment ?? Il mesure environ 10 à 15mm, il a un rythme de battement d’ailes très rapide (300 par seconde emoticone), lui permettant de faire du surplace et même de reculer pour mieux passer de fleur en fleur. (les guêpes ne font pas ça). Je ne la trouve pas très farouche, ni très peureuse, donc il est assez facile de s’en approcher … depuis le printemps jusqu’en automne.

PS : Les 3 photos ci-dessus (syrphes adultes) et les 2 photos de larves ci-dessous, proviennent d’un excellent site web pour le visiter cliquez ici

larvesyrphepucerons2.jpglarvesyrphepucerons.jpg

boutonaccueil.gif